Reviews‎ > ‎

Rock n Prog Québec Interview

posted Jun 6, 2021, 3:12 PM by Ron Charron   [ updated Jun 8, 2021, 7:23 AM ]
https://www.facebook.com/groups/402787211036367

On June 6 2021, Daniel Couturier of Rock n Prog Québec interviewed Ron Charron, founder Borders Edge Music.
The interview was conducted here in French. (Google Translated in English)

ENTREVUE
The Border's Edge Music
Discussion avec Ron Charron
En faisant des recherches sur un de nos membres, j'ai été vraiment impressionner de découvrir toute l'ampleur de ses réalisations.
Alors, je lui ai demander de nous en parler et nous les faires découvrir.

Question 1: Parles-nous de tes différents projets et
Question 2: Parles-nous de tes influences, de ton parcours musicales

Tout comme bien des amateurs de Prog qui ont vécu une ascension d'écoute au cours des années 70 au Québec, j’ai fait mon plein de Pink Floyd, Genesis, Yes, Gentle Giant, King Crimson et d’autres. Toutefois mon appétit musical a également été ouvert à des titres un peu plus de niche tels les Tangerine Dream, Klaus Schultze, Kraftwerk (du Krautrock), mais aussi Mahavishnu Orchestra, Van der Graaf Generator, Jeff Beck. Dans un genre différent on y rajoute du Vangelis, Kitaro, Synergy, et Brian Eno. Mais il m’est important aussi de mentionner qu’au Québec les groupes tels que Pollen, Harmonium, Octobre, Offenbach, et Maneige ont aussi été d’influence.
Malgré les 25 années précédentes à composer et jouer guitares et claviers, ce n’est qu’en 2010 que les outils de production et de publication me sont devenus plus accessibles. Je me suis fait contrat de respecter mon inspiration et de ne pas contraindre mes efforts à un type plus que de l’autre. Ce n'est qu’après que quelques pièces ne soient raffinées à un niveau acceptable pour la publication, que j’ai dû revêtir mon chapeau d’éditeur et constater qu’il fallait regrouper mes pièces de sorte qu’ils puissent mieux cibler des audiences types. Il m’est venu à l’idée que les genres de musique que je produisais étaient suffisamment différents et qu’il y aurait lieu de choisir des noms de projets différents. Aussi, il fait bon de mentionner que dans mes premières années de production, celles-ci furent des efforts en solo. Donc, j'ai publié mes premiers albums sous les noms de projet ‘Sequential Dreams’ (avec un clin d’œil à Tangerine Dream) Kuutana (Ambient) TheRoboter (à la Kraftwerk). À noter ici qu’autre que Sequential Dreams qui peut être par certains caractérisé de rock de l’école berlinoise (“Berlin School of Electronic Rock”) ces titres sont principalement composés de musique électronique (même si la guitare et la batterie y apparait régulièrement). Ce n’est pas que mon amour du rock progressif ait disparu avec l’âge, mais plutôt du fait que les instruments de production musicale utilisés se portaient plus facilement à une meilleure qualité de production dans ce genre. Oui, je composais et enregistrais des pièces de rock et de prog, mais je n’étais aucunement satisfait des résultats dans cette période (2010 à 2013).
Avec 9 albums publiés durant cette période, et des milliers d’heures à la console pour les produire, j’ai gagné un peu plus de confiance en ma dextérité pour ce qui est de l’enregistrement et le mixage et je me suis mis à enregistrer mon premier titre plus décidément prog rock sous le nom de projet ‘Midnight Airship’ à inspiration Pink Floyd (mais instrumental). J’ai pu bénéficier de critiques assez positifs pour l’album ‘A River Once Flowed Here’ et c’est ainsi que je me suis senti plus confortable à continuer de produire du Prog (sans toutefois abandonner mes autres projets). Depuis, le nombre de titres a grandi à 71 albums (dont 35 des titres de compilations destinés à mon émission ‘Music from the Borders Edge’ sur la webradio Modul303.com. J’ai invité des musiciens de huit autres pays qui ont participé çà et là, principalement à mes albums Sequential Dreams. J’ai aussi rajouté quelques projets en route (Sundown Café, Stone Nebula, the Color of Sleep, Melotronik). Toutefois, je dirais que le côté Rock s’est surtout axé sur les projets Midnight Airship, Starship Trooper, Sequential Dreams, et Stone Nebula. Pour Sequential Dreams, il y a toujours cette influence Tangerine Dream, mais beaucoup de pièces qui sont bien aimées par mes adeptes qui s’alimentent de Prog! Pour qui écoutera mes albums, il est assez clair que je suis multi-instrumentaliste, mais dans l’ordre chronologique j’ai apprivoisé la guitare, les claviers (orgues et synthés), les flutes, et les percussions. Tout le reste vient d’une panoplie diverse d’instruments cueillies au cours de voyages et complémentés par des synthés.

Question 3: J'aimerais que tu nous parles un peu du label The Borders Edge Music et plus particulièrement, ce qui t'as motivé à créer ce label ?

Après la publication de quelques titres de projets différents, Il m’est venu clair qu’il fallait établir une meilleure fondation pour soutenir le côté commercial. Il n’y avait guère d’illusions d’en faire fortune, mais plutôt les petits côtés pratiques nécessaires au partage de ma musique à une auditoire géographiquement diversifiée. D’ailleurs, c’était presque essentiel une fois inséré les engagements avec les distributeurs. Ma diversité de genres a assez rapidement exclu de faire appel à d’autre labels, et de toute façon je n’y voyais pas l’avantage. Ce n’était guère mon intention de partir en tournée 40 semaines par année. Je suis principalement un compositeur et musicien de studio. L’autopublication est devenue raisonnablement facile, mais pas sans efforts. C’est donc dire qu’une importante partie de mes efforts ont graduellement été accaparés vers le label, surtout à force d’avoir souscris une douzaine d’artistes tirés des quatre coins du monde. Outre le mixage, la production des titres et albums, il y avait la coordination des artistes graphiques pour les couvertures d’album, le côté marketing et présentiel avec un réseau d’animateurs de radio en Amérique et en Europe, et le travail avec les distributeurs de chaque côté de l’Atlantique. Une note à considérer toutefois est que chaque titre et chaque production contient ma musique et c’est là un facteur limitatif qui circonscrit toute question par rapport aux projets d’expansion. Donc, Borders Edge Music est principalement l’instrument qui me permet de publier ma musique. Qui sait, peut-être un jour ce sera plus, mais pas pour l’instant!

Question 4: Sur l'album High-Voltage paru en 2017) de Sequential Dreams, on remarque la collaboration spéciale de Bernhard Beibl (ex-guitariste et violoniste de Tangerine Dreams), c'est pas rien. Comment as-tu trouvé l'expérience ?

High-Voltage est un album compilation qui combine toutes les pièces de Sequential Dreams auxquels Bernhard Beibl (Berni) ait participé en tant que guitariste et violoniste. Ces pièces sont tirées des albums “Legends” et “The Exodus Wave”. Or, lorsque Berni a quitté Tangerine Dream en 2014 je me suis dit qu’il serait bien intéressant de l’approcher pour participer dans mon projet d’album intitulé “Legends” auquel figurait aussi la compositrice Japonaise Ryo Utasato (venant de quitter Sony Japan en tant que compositrice de trames de films) et de la pianiste américaine Kori L Carothers (avec sa collaboration avec Noah Wilding, Jeff Haynes, Tom Eaton, et Will Ackerman, ce dernier propriétaire de Imaginary Road studios, bien connu pour les titres Nouvel Age). En effet, quoique j’avais déjà enregistré des pistes de guitare pour les pièces de l’album, je me suis dit que Berni apporterait quelques-unes au “Next level”. J’ai été bien ravi qu’il ait accepté!
L’expérience a résulté en des pièces des plus intéressantes! Nous avons travaillé à distance, s’échangeant des centaines de fichiers et discutant des résultats de mix intérimaires. Berni était ravi du dynamisme de mes pièces car au cours de ses dernières années avec Tangerine Dream (TD), sa passion pour le Rock débordait du câdre de TD. C’est là que j’ai dû “faire une place” à Berni pour ses excellentes contributions de guitare. Il y a des passages ou il n’y a pas moins de 10 trames de guitares simultanés (aux crescendos!). C’était du grand travail d’assembler tant d’éléments de musique tout en gardant une bonne synergie. De rajout, Berni a un très grand sens du détail et nous avons passés de longues heures à travailler les pièces.

Question 5: En 2015, tu as publié un album relativement différent de ce que tu avais sorti jusque là, plus symphonique, plus rock, dans quel contexte as-tu eu l'idée du projet Starship Trooper - Like a Fish Out of Water ?

Au fait, suite à la mort du bassiste de Yes, Chris Squire, je me suis senti chargé d’une mission d’honorer mes penchants pour certains titres de Yes et j’ai produit l’album ‘The Great Pond in the Sky’ sous le nom de projet ‘Starship Trooper’. Je me suis mis à réécouter du Yes avec une intensité telle, que çà sortait quasiment des pores de peau! Et puis ça s’est mis à déverser en composition comme un torrent d’eau au printemps suite à une fonte de neige précipitée. J’en demeure un peu étonné des résultats jusqu’aujourd’hui!

Question 6: Pour Midnight Airship et tout particulièrement sur l'album Learning to Fly (2020), on sens bien les références à Pink Floyd. Peux-tu nous parler du concept derrière cet album ?

L’album “Learning to Fly” est celui qui m’ait pris le plus d’heures (et d’années même!) à composer. En fait, des premières pièces initialement composées en 2015, j’ai complété l’album en 2020. Quoique le titre fait allusion d’une pièce de ce nom de Pink Floyd, pour moi le titre était l’écrit d’une réflexion interne sur ma progression musicale. Je sentais alors que j’avais “appris à voler” (learned to fly) et était prêt à rassembler tout ce que j’avais appris de la production musicale pour consacrer à l’album. Thématiquement, les paroles de quelques pièces (“Crazy Days”, “Dark Star Rising”) traitent d’un certain leader américain qui n’as pas manqué de casser les pieds à la planète durant cette période, sur un fond de tragédie humaine qui était ignorée pour faire place à du “je-me-centrisme" d’une envergure rarement vue dans l’histoire (voir “Lost in a Dream” décrivant le sort des vagues réfugiés transigeant de l’Afrique vers l’Europe, co-composée avec Arend Westra des Pays Bas). J’ai toujours chéri la musique de Pink Floyd, et pour cet album je dirais que leurs albums “Dark Side of the Moon”, “Wish You Were Here”, et “Animals” (avec un peu de “The Wall”) ont été source d’inspiration musicale. Ajoutons qu’il est à peu près impossible de faire une musique semblable à celle qui alimente la nostalgie qu’inspire les albums de Pink Floyd de cette époque. La nostalgie fait qu’on mémorise note pour note et toute déflexion est impardonnable! De la musique inoubliable, produite par la suite en studio pars des maitres de l’enregistrement tel Alan Parsons. Donc de faire çà seul dans son studio, c’était un défi de taille et çà explique les milliers d’heures que j’y ai mis. Mais c’était principalement pour moi-même que je faisais çà. Je m’étais mis le défi et j’avais bien l’intention de capturer ce que cette musique m’avait contribué (à l’âme, et musicalement) et de la traduire en musique via le prisme que fût mon être durant cette période. D’ailleurs c’est le seul album qu’on peut m’entendre chanter (pour le mieux ou le pire!)

Question 7: Sur quel projet travailles-tu actuellement

C’est une bien bonne question car la période entre novembre 2020 et mai 2021 ont vu la parution d’un album Midnight Airship “Learning to Fly”, un Sequential Dreams “Chrysalis”, d’un Kuutana “L’esprit des eaux” et de deux compilations Borders Edge “Water Spirits” et “Through the Looking Glass”. J’en suis donc dans une période “Entre deux eaux” pour ainsi dire. C’est une période où je passerai un peu plus de temps à réfléchir sur mes prochains horizons. Mais s'il y a quelque chose que j’ai appris au travers des années, c’est que le meilleur matériel vient quand on ne la force pas. Donc, apprenant du passé, je me laisserai emporter par ce dont quoi j’ai besoin pour nourrir mon âme. Car, avant tout, la musique que je compose est celle qui s'annonce par l’inspiration du moment! Celle que j’ai besoin pour donner ce sens qu’à la musique de nourrir le cœur et l’âme. C’est donc à suivre!
En clôture, merci à Daniel Couturier et les champions derrière Rock n Prog Québec pour l’initiative et l’effort pour faire connaitre les musiciens du Québec!